Il-Sole-non-si-muove_Cie-Rassegna_©Muriel-Despiauweb+CharlesCros2017

IL SOLE NON SI MUOVE

un album prefacé par Patrick Boucheron // Sortie officielle le 24 FÉV 2017 chez Buda Musique

La Cie Rassegna invite Mireille Collignon à la viole de gambe

  • FR
  • EN
Avec Bruno Allary (direction artistique, guitare), Mireille Collignon (viole de gambe), Isabelle Courroy (flûtes kaval), Fouad Didi (chant, oud), Philippe Guiraud (basse), Carine Lotta (chant), Sylvie Paz (chant), Carina Salvado (chant)   Avec « Il sole non si muove », la Cie Rassegna se penche sur la circulation des chansons profanes au XVIème siècle. A cette occasion, flûte kaval, luth arabe, basse, guitare baroque ou électrique invitent la viole de gambe à accompagner les chanteurs de la compagnie. Au programme, des pièces issues des répertoires de chansons italiennes (frottole), espagnoles ou portugaises, des chants issus du «Hawzi» (genre né au XVIème siècle dans la ville algérienne de Tlemcen), ainsi que des airs turcs et arméniens caractéristiques de cette époque.   En parallèle de ce répertoire méditerranéen, un autre se dessine : venus de l’Angleterre élisabéthaine, des Ayres de Dowland et de Hume, ou des extraits des «cris de Londres», ponctuent le déroulé du concert. Ils rappellent que cette époque fut celle des flux et des échanges autant que celle des territoires et que, européen avant l’heure, le musicien de la Renaissance circulait en permanence, croisant déjà les influences et les sonorités, pleinement acteur d’un monde en mouvement. Propices à l’improvisation et à la créativité, ces airs du nord et du sud de la Méditerranée permettent un nouvel angle de vue, plus septentrional, sur cette mer si fascinante.  

With Bruno Allary (artistic direction, guitar), Mireille Collignon (viola da gamba), Isabelle Courroy (kaval flute), Fouad Didi (voice, oud), Philippe Guiraud (bass), Carine Lotta (voice), Sylvie Paz (voice), Carina Salvado (voice).
 
 
With the new creation Il sole non si muove, the Cie Rassegna focuses on the spreading of profane songs in the 16th century. With this production, the kaval flute, the Arabic lute, the guitar — be it baroque or electric — call out to the viola da gamba to support the vocal side of the company. The program features pieces from repertoires of Spanish, Portuguese and Italian songs (frottole), Hawzi chants (a genre originating from Tlemcen, Algeria, in the C16th), together with Turkish and Armenian songs distinctive of the period.

Yet this Mediterranean repertoire also incorporates another body of songs and setting: Elizabethan Ayres by Dowland and Hume, extracts from « The Cryes of London » intersperse the concert. Taken together, they remind us that this era was more a time of flows and exchanges than one of fixed territorial boundaries. European before its time, musicians of the Renaissance were constant travellers, blending sounds and influences, both actors and vectors in a world that was never still. An opportunity for improvisation and creativity to shine through, these melodies coming from north and south of the Mediterranean cast a novel view on this vast and fascinating area.   

Avec le soutien de la Fondation Orange pour le mécénat musical

LA CIE RASSEGNA

  • FR
  • EN
La Cie Rassegna, c’est un ensemble de voix. Des voix aux timbres puissants et marqués qui se posent sur des sonorités d’instruments traditionnels : guitare flamenca, violon arabo-andalou, oud arabe, clarinette grecque, cetera corse, tambourin du sud de l’Italie, saz turc, etc…  Dans cet ensemble, chaque artiste joue avec sa sensibilité méditerranéenne, quelle que soit sa provenance.   Les personnalités de la Cie Rassegna interprètent des chants, choisis parmi différentes traditions musicales de Méditerranée. Musiques profanes, sacrées, savantes, populaires sont perpétuellement visitées, arrangées et réinventées tout en préservant mélodies, rythmes et principaux éléments stylistiques. Les textes des chansons sont toujours conservés, souvent traduits, avec le souci constant de pouvoir les partager, entre compagnons musiciens, et tout autant avec le public. La convivialité, l’invitation, sont au cœur des valeurs de la Cie Rassegna, à l’image des réjouissances méridionales où chacun s’improvise chanteur, musicien ou danseur à l’envi.   La Cie Rassegna est donc une création commune : un espace de partage d’héritages et de patrimoines de Méditerranée, un temps d’écoute des autres, une possibilité de dialoguer en musique, avec élégance et respect.
  The Cie Rassegna is many voices. With a powerful and pronounced quality, they layer over traditional instruments: flamenco guitar, Arabic violin and oud, Greek clarinet, Corsican cetera, Southern-Italian tambourine, Turkish saz, etc… In this ensemble, each artist plays with their own Mediterranean sensitivities, regardless of origin.   The Cie Rassegna’s different members interpret songs selected amongst different musical Mediterranean traditions. Whether these songs are secular, sacred, art music, or folk, they are constantly revisited, arranged, and reinvented all the while preserving melodies, rhythms, and main stylistic elements. The songs’ lyrics are always preserved, often translated, keeping in mind the need for them to be shared, between musicians, but also with the public. Friendliness and sharing are dearest values to the Cie Rassegna, such as the Meridional festivities where anyone can sing, play an instrument, or dance to his heart’s content.   The Cie Rassegna is a group creation: a place where different heritages from the Mediterranean can be shared, a time to listen to others, a possibility to dialog using music, with elegance and respect.

photo©Muriel Despiau/2016

La presse en parle…

« [La Cie Rassegna] ce sont des femmes et des hommes qui se rencontrent et partagent leur goût pour la musique. Celle qui embaume le pourtour méditerranéen et qui se mêle au flux des vagues et des voyageurs. (…) Menée par Bruno Allary (guitariste), la compagnie qui a aussi son lieu, L’éolienne, signe quasiment un spectacle par an. (…). Sous les voûtes de L’éolienne, et à la lueur des bougies, on a entendu ce jour-là une frottole italienne, une chanson espagnole de Salinas, un chant de la ville algérienne de Tlemcen, un air turc et arménien de Taksim et une chanson venue de l’Angleterre elisabéthaine du 16ème siècle parsemée de parfums latins. Un voyage dans le temps et de rive en rive, à découvrir cet été. » – La Provence – avril 2014     « La compagnie Rassegna nous offre, avec sa dernière création « Il Sole non si muove », un doux voyage au XVIème siècle. Quatre cordes et cinq voix (dont la flûte kaval) se répondent dans une harmonie intemporelle, par l’introduction de la guitare électrique et les arrangements de Bruno Allary. Quelques percussions s’invitent délicatement dans cette rencontre aussi festive que mélancolique, spirituelle et sensuelle, polyphonie ancrée dans l’inconscient collectif. » – Nouvelle Vague – avril 2014

Espace PRO

Téléchargez ici le Dossier de Presse de Il Sole non si muove et contactez nous pour recevoir votre Presse Kit