227759440867c0057bdb7o

L’ARC DE CERCLE – CIE RASSEGNA

Une création Jeune Public à l'invitation des JM France

Avec Bruno Allary (guitare, saz), Sylvie Paz (chant hispanique), Carine Lotta (chant sicilien), Fouad Didi (oud, violon, chant arabo-andalou), Philippe GUIRAUD (basse)

En arc de cercle… C’est ainsi que se jouent les musiques populaires du pourtour méditerranéen : à hauteur d’homme et à proximité du public, une intimité précieuse pour qui veut toucher les jeunes publics. Forme intimiste croisant concert et sensibilisation artistique, L’Arc de Cercle invite à découvrir cinq artistes de la Cie Rassegna qui explorent ce qui pourrait fonder un patrimoine musical populaire et commun à l’espace méditerranéen. Musiques siciliennes, hispaniques, arabo-andalouses ou des Balkans sont perpétuellement visitées, arrangées et réinventées. Création née à l’invitation des Jeunesses Musicales de France l’Arc de Cercle peut s’inscrire dans un dispositif d’action culturelle plus large.

 

jm_france_horiz-noir

Crédits photos : photo ©Guy Vivien

Dans le cadre de Les Suds, en hiver,

retrouvez et/ou découvrez L’arc de Cercle.

3 FÉVRIER 2017 à 20h30. SALLE MISTRAL de SAINT MARTIN DE CRAU.

La Presse en parle…

« Près d’un demi millier d’écoliers et collégiens ont assisté à la représentation du concert. (…) Spectacle co-organisé par les Jeunesses Musicales de France, « L’Arc de Cercle » interprété par la Cie Rassegna a offert aux élèves un très large panel des musiques populaires méditerranéennes. (…) Le concert interprété par quatre musiciens  et musiciennes héritièrs de différentes traditions musicales populaires de Méditerranée fut pour les élèves l’occasion d’un rendez-vous avec les musiciens qui interviennent chaque semaine auprès d’eux dans le cadre d’un projet de découverte et création artistique. » – Le Progrès   « Des ombres enfantines traversent joyeusement l’espace de lumière. C’est ainsi que nous rêvons dès les premières notes émises par la voix de Sylvie Paz et accompagnées par la guitare flamenca de Bruno Allary, du violon oriental de Fouad Didi et de la voix grave de Carine Lotta. » – Le Journal d’Elbeuf